Wednesday, November 15, 2006

WE à Brooklyn

Quelques photos d'un week end automnale a Brooklyn.............

midtown Manhattan vu de Brooklyn après le coucher du soleil. A droite le batiment de l'ONU, puis le Chrysler building etc....



Pêche nocturne sur un ponton en face de Manhattan.



Coucher de soleil sur la plage de Coney Islands. Et oui, New-York, en plus c'est au bord de la mer.... OK c 'est pas non plus Santorin



Le soir tombe sur Coney Islands. C'est l'heure d'aller dans un petit troquet russe local.



En attendant le coucher de soleil, pendant que les bateaux partent pour les Caraibes.



Promenade à Prospect Park : le Central Park de Brooklyn en quelques sortes, en plus roots.



Vue des Brooklyn Heights sur le sud de Manhattan.

4 comments:

Anonymous said...

Salut Gilles,

ca fait du bien de te voir faire des photos de NY.
Elle son tres bien, et originales
en plus (en tout cas pour moi).

Je suis quand meme moins convaincu par la derniere.. est-ce qu'il y avait pas moyen de faire disparaitre ces grands batiments blancs ? (quitte a photoshopper un peu)
Et faire apparaitre Miss Liberty à gauche ?

En tout cas je veux bien encore d autres photos pures New Yorkaises comme ca ! C est beau une ville la nuit !

Pierre

gilles charvin said...

Merci Pierre pour ces commentaires. Tout a fait d accord pour la derniere photo : sans interet !

A pluche

Anonymous said...

Bonsoir,

Alors là, je m'insurge !
De mon point de vue, et contrairement à ce que proclame l'Artiste et sa tendance à l'autoflagellation bien connue dans les bars louches de NYC, la dernière photo n'est pas du tout "sans intéret", bien au contraire :
En effet, c'est par sa potentialité
de bonne photo qu'elle est bigrement intéressante.
Pourquoi l'artiste s'est-il placé à cet endroit exact, si peu valorisant, lui qui d'habitude a le coup d'oeil si sûr ?
Quel cheminement, quels zazards
l'ont conduit hic et nunc ?
Ses contempteurs sont en droit de s'interroger.
On est donc bien loin de la photo banale qui ne mérite pas de vivre.
Mieux vaut y voir un embryon de pure photo, une sorte d' acte manqué.

Ne sont-ce pas les brouillons de
Flaubert que l'on s'arrache aujourd'hui ?
Ne sont-ce pas les esquisses de Rembrandt qui en disent plus que ses pièces achevées ?

Si, ce sont-ce, certainement.

Nul doute que cette photo rejoindra
les vieux polaroids que l'artiste garde précieusement par-devers lui. Elle fera, elle aussi, le bonheur des collectionneurs qui voudront retrouver la trace de l'homme derrière la Figure que nous connaissons tous. Là, juste derrière.

Confraternellement,

Yann

gilles charvin said...

certes Yann Arthus, tout ceci est d'un rare pertinence,

et on finit par penser que tu serais peut-être plus à l aise dans l 'Ecriture que dans la publication d'ouvrages photographiques somme toute très formatés, à vocation très grand public, délaissant la magie des instants et le mystère des lieux improbables.