Wednesday, September 12, 2007

Fraser Island
















6 comments:

Estelle Mattern said...

On sent que Pierre est pas mal occupé en ce moment, parce qu'il n'a encore mis aucun message !
Je vais encore rabacher ... mais ya de la belle photo en chrisss ... dans le désordre, le fer bien oxydé à la limite du minéral, l'arbre illuminé (1), les protagonistes de "l'affaire" (surtout la mouette ... nan, c't'une joke), la ptite maison dans la prairie-au-bord-de-l-eau, les tournesols ... j'attends le topo sur l'harmonie chromatique parfaite, ça me fera une leçon de photo ! Le Maine ressemble pas mal à la Gaspésie. On peut relancer la "guéguerre" américano-québécoise entre les "gros" homards américains et les petits fins et raffinés de Gaspésie. Je laisse à Pierre le soin de détailler, c'est est un spécialiste !
Pour ce qui est de nos photos, faudra attendre un ptit bout de temps, parce que j'ai maintenant des cours à préparer (1èreS) !
Bises à vous 2
Estelle

gcharvin said...

merci de prendre la place de Pierre qui a mieux a faire en ce moment : produire du lemme et de la conjecture , et si possible un theoreme...

Je note que tu n as pas tilte sur mon expose de geol, c est donc que j ai progresse...

Bonne chance avec les premieres S !

Anne Honyme said...

ON A PAS BESOIN D ETRE ENREGISTRE POUR METTRE UN COMMENTAIRE

IL SUFFIT DE CLIQUER SUR "Other"
ou "Anonymous" pour les timides.

Anne Honyme.

Anonymous said...

Cette nouvelle série marque encore un tournant dans la carrière chez l'auteur (ça torune ça tourne).

De toute évidence, marqué par le passage du temps qui passe, par la catastrophe écologique indéniable qui nous entoure ("notre maison brûle", comme vous le savez bien)
Gilles a décidé de graver dans
le pixel numérique, le monde


Laissant de côté les polémiques stériles sur les vertus du schiste contre

il cède à l'appel de la chlorophylle d'être au coeur-même dans ce qu'elle a de plus fragile,


En vérité je vous le dis, il fait désormais face à son
destin : il sera The New Nicolas Hulot. Le poète du désert a laissé la place au chantre de la nature, le troubadour des îles trousse une ode à sa muse des océeans, son Isabelle-île-en- mer (et non pas son Isabelle Autissier bande de nigauds).

Tournant le dos au passé, il fait
bien entendu face à l'avenir FFI des steppes arides et désertiques pour mantenant prendre à bras le corps cette nature luxuriante qui chatoye, et pénétrer au coeur de la Djungle chatoyante qui luxure.

Rejoins-nous, fier Gilles. On est au Grenelle de l'environnement.

Bertrand Yann-Arthus

Anonymous said...

(Excusez Bertrand, une fausse manip a rendu son message précédent incomplet...)

Cette nouvelle série marque encore un tournant chez l'auteur (et des tournants, il en déjà a pris pas mal, rappelez-vous).

De tout évidence, marqué par la fuite du passage du temps qui passe, par la vision à court terme des dirigeants qui nous dirigent, sans doute aussi par la société consumériste américaine qui consomme à laquelle il n'a fait que trop de concessions (cf son dernier post), il a décidé de marquer le coup et de retourner aux sources de l'humanité, de rendre hommage à la terre nourricière qui l'a nourri.
L'eau, c'est la vie. On le sait bien, les réserves d'eau ne sont pas inépuisables, et nous, les riches, on les gaspille (les pauvres, eux, ils y font 'achement attention.
C'est même à ça qu'on les reconnait. Ils sont bien, les pauvres).
page de pub
(OK je me fais un peu d'autopromo, comme d'hab... les fins de mois sont difficiles).

Laissant de côté les débats stériles sur les vertus comparées du schiste et du feldspath (souvenez-vous),
il cède à l'appel de la chlorophylle et part avec sa compagne pour pratiquer ce que d'aucuns appeleraient une pénétration aveyronnaise voire armoricaine, mais dans la jungle.
(version aveyronnaise, une illustration,
et version armoricaine.) (ça n'est pas sale !)

En vérité je vous le dis, Il fait désormais face à son destin : il sera The New Nicolas Hulot. Le poète du désert a laissé la place au chantre de la nature FFI des steppes arides, le troubadour des iles etc..etc..tout ça tout ça.

Rejoins-nous, fier Gilles.
On est rue de Grenelle.
Viendez.

Bertrand Yann-Arthus

Gilles & Isa said...

Non non, ne t'excuse pas, on est bien content d'avoir eu acces a un brouillon; On peut ainsi percevoir la creation en train de se faire.

D abord on jette les grandes idees, ensuite on met de la sauce ... implacable !

Belle recherche biblio, on voit que Monsieur Pierre-Arthus bloggue sans limite et impressionne par son eclectisme.

Sur le fond, tout est si juste, l analyse des concepts caches derriere ces banales photos de vacancees est ciselee asvec precision, c est magique !